Arduino, premiers contacts

Arduino R3 frontArduino est une carte électronique ouverte. Au-delà, c’est un pas important pour l’économie de services basée sur des biens communs, ou les espaces publics ont un rôle clé à jouer. Voici les sources qui m’ont aidé à débuter…

Pour commencer, un peu d’histoire avec un article d’Owni sur la Naissance d’un mythe de la bidouille. On y apprend que le projet est né en Italie, que la carte Uno, premier modèle, a fait des petits et que ces cartes sont utilisées un peu partout dans le monde par des universitaires des artistes, des partisans du libre, mais aussi qu’un commerce commence a se mettre en place autour de ce nouveau bien commun.

Que faut-il acheter ?

En france, plusieurs entreprises sont revendeuses de matériels Arduino : en autres Lextronic, Alphacrucis et Semageek, dont je recommande le blog pour découvrir plein de projets basés sur Arduino. L’ensemble des revendeurs se trouvent sur le site d’Arduino.

Divers kits sont disponibles pour pouvoir démarrer :

  • Arduino Inventor’s Kit : produit par Sparkfun, il contient tout ce qu’il faut pour commencer, excepté un écran LCD, achetable à part
  • Kit Workshop de Base (sans carte Arduino) : si vous avez déjà une carte Arduino, voici un ensemble d’éléments pour compléter, là encore sans écran LCD
  • Kit Arduino Sidekick Basic : même idée que le Kit Workshop de base, avec une liste d’éléments qui diffère et un prix plus bas
  • Le Kit Arduino Uno : un peu particulier, il contient un shield de connexion qui facilite l’ajout de module par câble. C’est une interface plus « user friendly » que la Breadboard, mais plus limitée (tous les composants ne sont pas raccordables et seeedstudios – oui, avec 3 e , qui produit ces composants, en annoncent certains comme « retired » )

Que faut-il lire ?

  • Sur le site d’Arduino, vous trouverez un ensemble de guides en français pour bien démarrer
  • Arduino Books est un site dédié aux manuels, ou vous trouverez notamment des pdf gratuitement téléchargeables, comme l’Arduino programming Notebook, qui vous donne toutes les clés du langage de programmation des cartes
  • Les kits sont souvent fournis avec un manuel. Ainsi, un manuel plein d’exemples est fournit avec le kit Sparkfun. Il est en anglais, mais une traduction en français est en cours suite à la tenue d’un tiers lieu éphémère avec un lab durant les rencontres d’Autrans 2012
  • S’il pleut, vous pouvez vous détendre en consultant cette index qui, oui, va jusqu’à Z, et c’est long
  • Enfin, au sein du logiciel d’Arduino, vous retrouverez tous les exemples pour débuter référencés sur ce tutoriel

Une fois que vous aurez fait vos premiers pas avec Arduino (c’est à dire dès que vous aurez su allumer une Led), vous pouvez nous rejoindre sur un projet à destination de tout lieu public (EPN, MJC, Médiathèque, espace de coworking, tiers lieux…). Il se base sur le plus petit dénominateur commun d’un espace public : l’heure. Ou plutôt les heures : ouverture, fermeture, démarrage d’un atelier… Via une interface Web, l’utilisateur (pro comme usager) compose une mélodie, basée sur un morceau connu ou inventé, qui sera jouée par l’Arduino à l’heure convenue. Ce projet a été également initié lors des rencontres d’Autrans 2012. Si cela vous intéresse, rejoignez-nous sur la page dédiée de  Single o Matic !

Pour ceux qui sont à St Etienne, sachez qu’Alolise, le GUL Stéphanois avec qui j’ai lancé le projet, anime des ateliers Arduino, comme celui-là. Pour les autres, cherchez bien, ces ateliers poussent comme des champignons. D’ailleurs, cela fait maintenant parti de mes prestations.

Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos Emmanuel Mayoud

Médiateur Numérique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *