L’espéranto, Kaj kial ne?

South park esperantoEn discutant avec Antonin Léonard, co-fondateur de Ouishare, qui m’expliquait que comme d’autres communautés multilingues, Ouishare réfléchissait à l’usage de l’espéranto, j’ai eu envie d’en savoir plus sur cette langue.

Loin de moi l’idée de prononcer un « pour ou contre » cette langue que je découvre à peine, mais plutôt de faire gagner du temps à ceux qui comme moi, veulent en savoir plus.

Tout d’abord, mettez-vous en mode découverte : déconnectez-vous de facebook/twitter/google+/mail/sms, prévenez votre entourage que vous allez commettre un acte rebelle, à savoir passer du temps à découvrir quelque chose de nouveau juste pour votre plaisir personnel au lieu de produire ou de consommer comme un bon soutoyen modèle, puis lancer la radio Web Muzaiko pour vous mettre dans l’ambiance. Prêt ? C’est parti…

Soyons original, ça commence par la lecture de la page wikipedia, ainsi que la page d’esperanto.net, avec pleins de liens utiles. On y apprend que l’espéranto a été créé en 1987 par Ludwik Lejzer Zamenhof, que c’est une langue agglutinante, que le décompte d’espérantophones ressemble à celui des manifestants, allant de 100 000 à 10 millions de personnes, que cette langue est soutenu par l’ONU, que des scientifiques souhaitent qu’elle devienne la langue scientifique international, tandis que d’autres en France veulent qu’elle soit proposée en option au Bac, que son apprentissage rentre dans le cadre européen commun de référence pour les langues (c’est sûrement une avancée importante mais j’ai la flemme de vérifier), qu’il existe (sans surprise) des livres, films, musique et radios en espéranto, et que saucisse se dit kolbaso.

Si vous vous demandez si cette langue n’est pas trop « euro-centrique », allez lire l’article de Claude Piron, linguiste international (il traduit aussi bien l’anglais et l’espagnol que le russe et le chinois en Français).

Ce n’ait pas le tout de donner à penser, mais pour se faire une opinion, rien de tel que de donner à voir, ainsi qu’à entendre, de l’espéranto. Vous pouvez aller faire un tour sur Vikipedio, la partie de Wikipedia en espéranto, lire le roman Gerda malaperis, du même Claude Piron et utilisé pour l’apprentissage de la langue, ou voir le film qui en est issu, si vous réussissez à le trouver. Vous pouvez également osez le contact humain en allant à la rencontre des espérantistes partout dans le monde, d’autant plus facilement si vous êtes un jeune et joyeux scientifique chrétien vélocipédique.

Ça y est, vous vous voyez déjà discuter en espéranto avec un Persan et un japonais sur l’importance des gros pixels dans l’aménagement collectif du territoire, ou de l’importance de la phrase d’Einstein « nous ne résoudrons pas les problèmes avec les modes de pensée qui les ont engendrés » face au changement de paradigme disruptif total que nous vivons ? Et puis paf ! la terrible réalité vous rattrape : aux dernières nouvelles, les journées ne font, toujours, que 24h, ce rêve devra attendre une autre vie. A moins que…

L’Institut de pédagogie cybernétique de Paderborn (Allemagne) a comparé les durées d’apprentissage de plusieurs groupes d’élèves francophones, de niveau baccalauréat, pour atteindre un niveau comparable dans quatre langues différentes : l’espéranto, l’anglais, l’allemand et l’italien. Les résultats sont les suivants : pour atteindre ce niveau, 2000 heures d’études de l’allemand produisaient un niveau linguistique équivalent à 1500 heures d’étude de l’anglais, 1000 heures d’étude de l’italien et 150 heures d’étude de l’espéranto.
Extrait de la fiche Wikipedia sur l’espéranto

Motivant, non ? 150 heures, c’est environ 1 heure par jour ou 2 heures tous les 2 jours sur 6 mois. Alors lâchez votre série télé préféré et lancez-vous, les ressources en ligne ne manquent pas ! Ça tombe bien, Game of Thrones n’arrive pas avant Avril, vous avez largement le temps.

P.S. : pour le titre de ce post comme pour d’autres traductions instantanées, Google reste, malgré tout, notre ami.

Taggé , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos Emmanuel Mayoud

Médiateur Numérique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *